04/11/2014

Tant que nous sommes vivants de Anne-Laure Bondoux


Tant que nous sommes vivants
Auteur: Anne-Laure Bondoux  Éditeur: Gallimard Jeunesse 
Parution: 25/09/14  Pages: 298 pages




« Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régime, et où nos richesses débordaient de nos maisons. Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir. Nous ne vivions plus qu’à moitié, lorsque Bo entra, un matin d’hiver, dans la salle des machines. »

Folle amoureuse de Bo, l’étranger, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ?





Je ne m'attendais pas à grand chose en commençant ce livre, mais certainement pas à ça. L'extrait de la troisième de couverture m'avait énormément plu tandis que le petit résumé m'avait donné une image un peu niaise et jeunesse de l'histoire. Je ne savais donc pas du tout dans quoi je m'embarquais...

Le début traîne un peu en longueur mais passé une cinquantaine de pages, l'histoire prend un tout autre tournant. Ce livre a une part très sombre et dure en lui que j’étais loin de soupçonner. Bloqué sur l'aspect romantique, ce retournement de situation m'a pris de cours. Les personnages auront besoin de leur amour pour surmonter les épreuves à venir.

Le narrateur utilise la deuxième personne du pluriel, ce qui est assez inhabituel. On a l'impression que c'est la ville entière qui nous parle à travers lui! J'ai vraiment adoré ce petit plus qu'apporte l'auteure, surtout que l'on ne comprend que vers le milieu du roman qui est ce mystérieux narrateur...  Les titres des chapitres m'ont également énormément plus : ce sont à chaque fois des oxymores  (hehehe vive le bac de français!), comme par exemple: "L'Ombre et la Lumière".

Lorsque l'Usine explose et que le seul moyen de subsistance des habitants part en fumée, on assiste au déclin de la ville entière. L'auteure arrive à nous faire ressentir toute l'horreur et le désespoir d'une ville blessée et meurtrie. La misère et le chaos entraînant la haine, Bo et Hama sont forcés de s'enfuir. Commence alors, un long voyage initiatique qui les changeront à jamais.

La couverture du livre en noir et blanc est à l'image du récit : c'est un monde froid et oppressant que nous découvrons au fil des pages. D'ailleurs, la couverture et le récit se croisent, les illustrations font référence à Hama et Bo. Je ne peux qu'admirer le travail minutieux!

Alors que je ne m'y attendais pas du tout, une part d'imaginaire se mêle à la réalité très dure du roman, cela crée une ambiance encore plus oppressante qui m'a dérangé. Comme lors de ma lecture de 1Q84 d'Haruki Murakami, je n'ai pas apprécié à sa juste valeur ce mélange. C'est assez étrange (et mon avis est totalement subjectif pour le coup), mais je n'aime pas du tout lorsque la magie et la réalité (dans ce qu'elle a de plus horrible) se croisent, je me sens mal à l'aise comme si l'atmosphère devenait malsaine...

Je ne connaissais pas du tout l'auteure, et j'ai donc découvert son style assez particulier dans ce roman. Sa plume est vraiment très poétique! Elle arrive à créer devant nos yeux un univers unique, sans commun avec tout ce que j'ai pu lire jusqu'alors. Bien qu'on se laisse facilement porter par l'histoire, je suis restée en dehors du récit, sans doute car je ne me suis pas réellement attachée aux personnages.

Je ne sais toujours pas si j'ai aimé ou détesté ce livre, ma chronique est un étrange mélange entre éloge et critique. J'ai mis énormément de temps à le lire, et j'ai lu souvent d'autres livres entre chaque pause. L'ambiance générale du roman est ce qui m'a le plus dérangé. Mais malgré tout, cela reste un bon livre, un roman à lire une fois dans sa vie. On en ressort forcément marqué - que ce soit positivement ou négativement.

<< Tu crois qu'il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ? >>


15 commentaires:

  1. Je ne vois que de très bons avis dessus, le tien est de loin le plus tempéré ! Néanmoins il me tente vraiment beaucoup, il a l'air unique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai du mal à savoir si oui ou non j'ai aimé ce livre! Mais ce qui est sur, c'est qu'il est unique en son genre ;)

      Supprimer
  2. j'ai eu un peu de mal avec l'histoire mais c'est vrai que le style d'écriture est assez impressionnant et j'étais contente d'avoir découvert ce roman de l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Au vu de ta chronique, pas sûr que je sois tentée ^^

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu des critiques mitigées dur ce roman. Par contre, la couverture est vraiment très belle je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouuui, la couverture est magnifique, et donne vraiment envie!

      Supprimer
  5. Après avoir lu ta chronique, je suis très intriguée! En tout cas, j'aime beaucoup la couverture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille malgré mon avis mitigé, c'est un roman qui sort vraiment de l'ordinaire ;)

      Supprimer
  6. Je l'ai pris à Montreuil, hâte de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rooh la chance, tu es allée à Montreuil *-*

      Supprimer
  7. J'aime bien cette auteure donc j'espère que j'aimerais ce bouquin un peu plus que toi...

    RépondreSupprimer
  8. Malgré ton ressenti, ton avis m'a intrigué, je pense le lire si j'en ai l'occasion :)

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer